Keresés
Magyar Nemzet
2021. április 17., szombat, Rudolf napja
HÍR TV – TROLLOltásellenes, aki a keleti vakcina ellen kampányol
vpfrench
A cikk emailben történő elküldéséhez kattintson ide, vagy másolja le és küldje el ezt a linket: https://magyarnemzet.hu/vpfrench/la-cjue-incite-les-juges-polonais-a-se-rebeller-contre-la-democratie-parlementaire-et-a-ne-reconnaitre-que-son-autorite-9463427/

La CJUE incite les juges polonais á se rebeller contre la démocratie parlementaire et á ne reconnaître que son autorité

Pour la deuxième fois en peu de temps, une décision de la Cour de Justice de l’Union européenne (CJUE) entraîne une saisine du Tribunal constitutionnel polonais auquel il sera demandé de définir les limites de la souveraineté nationale.

Pologne – Le premier ministre polonais a en effet annoncé mercredi qu’il allait saisir les juges constitutionnels polonais après un nouvel empiétement inédit de la justice européenne sur les prérogatives nationales. Pour Mateusz Morawiecki et son gouvernement, la jurisprudence de la cour constitutionnelle ne laisse aucun doute sur le fait que la constitution nationale est au-dessus du droit européen, et la Pologne ne saurait donc reconnaître un verdict des juges de Luxembourg qui remet en cause l’ordre constitutionnel polonais.

La Cour de Justice de l’UE a effectivement récidivé mardi en encourageant une deuxième fois les juges polonais á la rébellion contre les lois votées par le Parlement. Des lois qui, á la lumière du droit polonais, ne peuvent être invalidées que par le Tribunal constitutionnel. Mais la CJUE l’entend d’une autre oreille.

En effet, á propos de la procédure de nomination des juges par le Président de la République de Pologne sur proposition du conseil national de la magistrature (KRS), les juges européens ont décidé mardi que c’est au juge polonais de s’interroger pour savoir si cette procédure de nomination est conforme au droit européen et, s’il décide que ce n’est pas le cas, de ne pas reconnaître comme valide la loi régulant cette procédure de nomination. Ceci impliquerait bien sûr de ne pas reconnaître la validité des nominations effectuées sous le régime de cette loi et donc des décisions de justice prises par les juges nommés sous le régime de cette loi.

Pour le ministre de la Justice Zbigniew Ziobro, « aucun responsable politique ne peut accepter ce jugement » car l’accepter reviendrait á affirmer que « la Pologne cesse d’être un État souverain et perd tous les attributs d’un État indépendant et libre de ses décisions ». C’est pourquoi le ministre, qui est aussi procureur général, a assuré mardi : « au vu de ses motifs qui ordonnent de ne pas tenir compte du tout de l’ordre juridique national, des lois et même de la constitution, bien évidemment je ne reconnais pas ce jugement et je ne le reconnaîtrai jamais ».

La CJUE répondait á des questions qui lui avaient été posées par la Cour supérieure administrative polonaise (NSA) en novembre 2018 et juillet 2019 á propos de sa capacité d’examiner des recours de candidats malheureux á une procédure de nomination á des postes de juges de la Cour suprême (la cour de cassation polonaise). En vertu des lois polonaises actuelles, en vigueur après les réformes introduites par le PiS et notamment après un amendement introduit en 2019, il n’existe aucune possibilité de recours contre la décision du KRS de ne pas recommander au président de la République un candidat á la Cour suprême.

C’est conforme á la constitution polonaise qui précise simplement, á son article 179 : « Les juges sont nommés par le Président de la République sur demande du Conseil national de la magistrature, pour une durée indéterminée. »

Mais la CJUE estime que l’absence de possibilité de recours serait une violation de l’Article 19, par. 1, alinéa 2, du Traité sur l’Union européenne où il est dit que « les États membres établissent les voies de recours nécessaires pour assurer une protection juridictionnelle effective dans les domaines couverts par le droit de l’Union. »

En quoi la protection juridictionnelle des candidats malheureux est-elle ici en cause et pourquoi la CJUE a-t-elle estimé qu’il s’agissait d’un domaine couvert par le droit de l’Union, alors que l’organisation du système judiciaire est une compétence nationale ? La lecture du communiqué de presse de la CJUE ne nous apprend rien de nouveau par rapport au conflit qui oppose Bruxelles á Varsovie depuis la victoire de la coalition menée par le parti Droit et Justice (PiS) aux élections de 2015. En gros, le raisonnement en vigueur á Bruxelles est le suivant : puisque « la protection juridictionnelle effective dans les domaines couverts par le droit de l’Union » exige une justice impartiale et indépendante, la Commission européenne doit pouvoir dicter les modalités d’organisation des systèmes judiciaires nationaux et la CJUE doit pouvoir statuer en dernier recours pour ces questions.

Lire l´article en intégralité sur le Visegrád Post.

Csak egy kattintásra van attól, hogy ne maradjon le a Magyar Nemzet mérvadó híreiről!

IDE kattintva feliratkozhat hírlevelünkre, mi pedig napi két e-mailben elküldjük Önnek legfontosabb cikkeinket. (Ez a szolgáltatás ingyenes!)

Közel a cél

A regisztráltak kétharmada már megkapta az oltást
Eddig 4 millió 219 ezer ember regisztrált az oltásra, kétharmaduk (66 százalék) már meg is kapta az oltást – közölte a Koronavírus.gov.hu pénteken.

Konzervatív erők

Lengyel–magyar motorral indul az európai ébredés
Az európai szintű konzervatív erők együttműködésének a kibővítéséről egyeztetett az Alapjogokért Központ a lengyel Ordo Iurisszal.

Kiemelt

A Sopron a legfontosabb meccsén veszített a Final Fourban
A harmadik helyért a magyar bajnok a török Fenerbahce ellen játszik vasárnap délután.

Poszt-trauma

Jobbik: A DK a külföldi helytartók fő képviselője
A Jobbik szerint korrupciós ügyektől terheltek a baloldali alakulatok. Gyurcsány Ferenc szerint pedig egy szájból víz és tűz nem jöhet. Hulljon le az álarc az ellenzéki összefogásról!

Poszt-trauma

Kunhalmi Ágnes lejáratta magát az ATV-ben + videó
Vastag a bőr a képükön, annyi bizonyos.

Poszt-trauma

Dobrev, Gyurcsány: egyszerűen senkik vagytok!
Dobrev Klára ismét a keleti, az orosz és kínai vakcinák ellen hergelt, hangoztatva, hogy „senki nem mondja ki azt, hogy ezek a vakcinák segítenének”.

Aktuális

Képek a megújuló és bővülő zánkai Erzsébet-táborról!
Novák Katalin és Gulyás Gergely miniszterek a helyszínen tekintették meg az előrehaladt munkálatokat.

Fricz Tamás blogja

Egyetlen kérdésem van: a Gyurcsány nevű politikai kalandor a törvények felett áll?
Ha viszont ez a figura nem áll a törvények felett – remélem így van –, akkor az április 7-i parlamenti ámokfutása után törvényes eljárást kellene kezdeményezni ellene.
Vissza az oldal tetejére
Tisztelt olvasóink!
A Magyar Nemzet teljes archívumának feltöltése folyamatban van. Hamarosan az összes korábbi cikk elérhető lesz, addig szíves türelmüket kérjük.
a Magyar Nemzet szerkesztősége

A weboldalon sütiket használunk, hogy biztonságos böngészés mellett a legjobb felhasználói élményt nyújtsuk. Részletes leírás …

Ne maradjon le, legyen mindig naprakész, iratkozzon fel a Magyar Nemzet hírlevelére!