Keresés
Magyar Nemzet
2021. május 14., péntek, Bonifác napja
HÍR TV – HÁTTÉRKÉPA globalizmus a társadalmi rendet szétrombolja.
vpfrench
A cikk emailben történő elküldéséhez kattintson ide, vagy másolja le és küldje el ezt a linket: https://magyarnemzet.hu/vpfrench/le-crash-de-smolensk-et-lindustrie-du-mepris-9638375/

Le crash de Smolensk et « l'industrie du mépris »

Pologne – Le 10 avril 2010, le crash de l’avion présidentiel polonais aux abords de Smolensk (Russie occidentale) coûta la vie à 96 personnes de l’élite polonaise dont le Président Lech Kaczyński et son épouse Maria. Cette délégation officielle était en route vers la Russie pour y rendre hommage aux victimes du massacre de Katyń.

Dire que le gouvernement libéral de Donald Tusk (au pouvoir entre 2007 et 2015) a fait preuve de manquements au cours des mois et des années qui ont suivi la catastrophe relève du plus diplomatique des euphémismes. Enquêtes à la crédibilité douteuse, impossibilité de récupérer l’épave de l’avion, profanation des corps des victimes, mensonges, manipulations, enregistrements et photos compromettantes, … L’énumération de tous les éléments entretenant le flou autour de ce sujet délicat prendrait de longues heures. Or, ce n’est pas le sujet de ce propos.

Le jour du drame, il était clair que plus rien ne serait comme auparavant. Les velléités entre les « pro » et les « anti »-Kaczyński connurent un temps d’arrêt inédit. En effet, il convient de souligner que la période du mandat présidentiel de Lech Kaczyński (2005-2010) fut animée non seulement par une cohabitation difficile au niveau politique mais également de ce que le journaliste polonais Sławomir Kmiecek appelle « l’industrie du mépris » ciblant le chef de l’État, son frère jumeau Jarosław, les personnalités politiques liées au parti Droit et Justice (PiS) ainsi que leur électorat.

Adam Michnik, le rédacteur en chef du journal Gazeta Wyborza, parlait du gouvernement de Jarosław Kaczyński de 2006 comme d’une « variante du poutinisme ». Au mois d’août 2008, après le retour du Président Lech Kaczyński d’un voyage en Géorgie au cours duquel il fut victime d’une tentative d’assassinat durant son trajet en voiture le menant à Tbilissi, le Maréchal de la Diète de l’époque et futur président Bronisław Komorowski (proche de Tusk) se fendit d’un commentaire cinglant : « Seul un sniper aveugle rate sa cible à 30 mètres (…) Tel président, tel attentat ». L’ancien président polonais Lech Wałęsa affirma à cette époque: « Nous avons un abruti en guise de président ». De leur côté, Radosław Sikorski, futur Maréchal de la Diète, affirma que lui et les siens allaient « achever les loups » tandis que le premier ministre Donald Tusk annonçait qu’il n’avait « pas besoin du président » au moment où son bureau refusa à ce dernier un avion pour Bruxelles.

Les insultes utilisées à l’égard des frères Kaczyński dépassaient souvent les limites du savoir-vivre. Lors de la présentation de son ouvrage « L’industrie du mépris 2 » (Przemysł pogardy 2), Sławomir Kmiecik énuméra une longue série d’insultes proférées à l’encontre de Lech et Jarosław Kaczyński entre 2005 et 2013 dans les médias, à la radio ou à la télévision. Parmi ces invectives, Kmiecik cite entre autres « nécrophile », « Satan », « psychopathe », « demeuré pathétique », « assassin pathologique », « bourreau », « analphabète », « gangster », « nain mendiant »… Cette liste pourrait être continuée longtemps, et elle contient bien des termes indignes d’une traduction. Il est important de garder à l’esprit que ces attaques n’ont pas été piochées parmi des commentaires anonymes sur la toile. Il s’agit là de phrases prononcées par des ministres, des députés, des célébrités, …

Les leaders du PiS n’étaient pas les seuls à faire l’objet de ce genre d’attaques de mauvais goût. Les électeurs conservateurs étaient régulièrement traités de « PiSsoirs », de « PiSseurs » ou encore de « kaczistes ». La Plateforme Civique (PO) possédait une influence sur l’opinion publique dont l’actuel gouvernement polonais ne pourrait que rêver. En effet, PO jouissait du soutien de la quasi-totalité des médias polonais et étrangers, de la gauche modérée aux forces post-communistes, du monde de la pop-culture et du divertissement, ainsi que de la plupart des directions d’universités [Z.Krasnodębski, Wielkie spełnienie czyli postliberalizm po polsku, « Rzeczy Wspólne » 2012, nr 7.]. Critiquer les « Kaczor » (terme dégradant faisant référence au nom de famille du président défunt et de son frère signifiant « vilain canard ») était devenu une forme de carte de visite permettant d’être considéré comme faisant partie des élites. PO avait également dans son camp le mainstream politico-médiatique de l’UE ainsi que Berlin et Moscou.

Lorsque le 10 avril 2010, l’avion du président finit en centaines de morceaux sans laisser le moindre survivant, il semblait que la hache de guerre serait enterrée pour de bon. Des milliers de gens aux préférences politiques les plus diverses descendirent dans les rues de Varsovie pour rendre hommage aux défunts ensemble, dans un silence digne, faisant fi de leurs différences. Il était difficile de ne pas être ému en voyant les foules recueillies arborant les couleurs nationales polonaises. Même les ennemis politiques les plus acharnés du couple présidentiel furent aperçus dans la rue, la mine grise. Les gens se prenaient dans les bras, s’embrassaient. Pour une fois, le peuple polonais semblait véritablement réuni. Certains considérèrent même que ce drame était peut-être le « prix à payer » pour l’unification de la nation. Adam Michnik (évoqué plus haut) alla jusqu’à parler du président défunt comme d’un « grand patriote polonais, une personne magnifique ».

Ce moment si émouvant et porteur d’espoir fut éphémère. En effet, il ne fallut attendre que trois jours pour que l’atmosphère d’unité et de fraternité laisse place à une polarisation radicale. Le jour même du drame, l’ancien ministre des Affaires étrangères Władysław Bartoszewski déclara : « En réalité, il ne s’est rien passé de grave. » Quelques jours plus tard, il renchérit en affirmant que « dans 50 ans, personne se s’en souviendra ». Ces déclarations ne furent publiées dans la presse qu’un mois plus tard.

En mai 2010, Janusz Palikot, ancien membre de PO et leader de l’ultralibéral Mouvement Palikot (Ruch Palikota) parlait de « sa recette de cuisine préférée, le canardkaczka », en référence au nom du président défunt) à la Smoleńsk avec du Bloody Mary (en référence au prénom de la Première dame décédée, Maria) ». Palikot affirma à plusieurs reprises que la catastrophe de Smoleńsk fut causée par « la stupidité, l’inconscience, l’arrogance et l’ego » du président défunt. Avant d’ajouter que « Lech Kaczyński a sur les mains le sang des victimes du crash » [S.Kmicek, Przemysł pogardy, t. I, p.302.].

Les Polonais qui se rassemblaient les dixièmes jours de chaque mois pour rendre hommage aux victimes de la catastrophe et refusaient les conclusions douteuses des commissions d’enquête russe et polonaise (connues sous le nom de rapport MAK et de commission Miller) furent rapidement ridiculisées et traitées de « secte de Smolensk » ou de « sainte église de Smolensk » entre autres.

Lire l´article en intégralité sur le Visegrád Post.

Csak egy kattintásra van attól, hogy ne maradjon le a Magyar Nemzet mérvadó híreiről!

IDE kattintva feliratkozhat hírlevelünkre, mi pedig napi két e-mailben elküldjük Önnek legfontosabb cikkeinket. (Ez a szolgáltatás ingyenes!)

Karácsony és az angol

Karácsonynak diplomája se lehetne a mai szabályok szerint
Az idegen nyelvek ismerete évtizedes elvárás a magyar felsőoktatásban, de nyelvtudásban több tízezer érettségiző is lekörözi Budapest első emberét.

VILÁGJÁRVÁNY-VÉDEKEZÉS

Orbán Viktor személyesen fejezte ki nagyrabecsülését Karikó Katalinnak
A találkozón a kutatóbiológus személyes életútjáról, az mRNS-alapú vakcinák kifejlesztéséről és az oltás fontosságáról is szó esett.

Fake News

HVG-álhír: nincs benne a portói nyilatkozatban a „gender equality”
A balliberális lap tévesen idézte a dokumentumot, amelyben valójában a magyarok által támogatott kifejezés szerepel.

Poszt-trauma

Jakab Péter komolyan kezdhet félni
Már beindult a daráló.

Poszt-trauma

Beszéljünk az angolnyelv-tudásról!
A túloldali politikacsináló propagandistáknál személyfüggő a beszédkészség szükségessége.

Poszt-trauma

Az Economistban Karácsony Gergely már átvágta a határzárat
Ideje befejezni a sumákolást, a kettős beszédet, és színt vallani kerítésügyben.

Aktuális

Gólgálát tartott az Old Traffordon az MU és a Pool + videó
Parádés győzelemmel tartotta életben a jövő évi Bajnokok Ligája-indulásról dédelgetett álmait a Liverpool.

Fricz Tamás blogja

A pedofilgyanús Foucault, avagy számít-e az erkölcs a szakmai teljesítmény megítélésénél?
Előrebocsátom: nem hiszem, hogy tökéletesen megválaszolható a kérdés. 
Vissza az oldal tetejére
Tisztelt olvasóink!
A Magyar Nemzet teljes archívumának feltöltése folyamatban van. Hamarosan az összes korábbi cikk elérhető lesz, addig szíves türelmüket kérjük.
a Magyar Nemzet szerkesztősége

Ne maradjon le, legyen mindig naprakész, iratkozzon fel a Magyar Nemzet hírlevelére!