Keresés
Magyar Nemzet
2021. augusztus 3., kedd, Hermina napja
HÍR TV - PUBLI CAFEFekete-Győr egy klasszikus Tom & Jerry-figura.
vpfrench
A cikk emailben történő elküldéséhez kattintson ide, vagy másolja le és küldje el ezt a linket: https://magyarnemzet.hu/vpfrench/une-nouvelle-universite-pour-former-les-elites-conservatrices-deurope-centrale-et-orientale-9960920/

Tymoteusz Zych : « Une nouvelle université pour former les élites conservatrices d’Europe centrale et orientale »

Entretien exclusif avec Tymoteusz Zych, recteur de la nouvelle université privée Collegium Intermarium.

Inauguré fin mai, le Collegium Intermarium a un premier succès à son compte : plusieurs médias de gauche l’ont violemment attaqué, lui consacrant une attention qui est déjà une forme de reconnaissance. Ainsi qu’on peut le lire sur le site de l’université, « le Collegium Intermarium a été créé pour répondre à la crise de la vie universitaire. À une époque où le sentiment de l’ordre, du but et du sens s’estompe, notre collège a un point de référence fixe : les idées immuables de la Vérité, du Bien et du Beau. »

Le docteur en droit Tymoteusz Zych est également conseiller juridique, enseignant universitaire, vice-président de l’Institut pour la culture du droit Ordo Iuris et vice-président de la Confédération des initiatives non gouvernementales de la République de Pologne.

Olivier Bault l’a interrogé l’a interrogé le 9 juin dernier.

Olivier Bault : Qu’est-ce que ce Collegium Intermarium dont la conférence inaugurale a eu lieu le 28 mai ? Pourquoi ce nom ?

Tymoteusz Zych : Il s’agit d’une nouvelle université destinée à rassembler les élites d’Europe centrale, de la région de « l’entre-mer », Intermarium en latin, c’est-à-dire la zone située entre la mer Baltique, la mer Adriatique et la mer Noire. Cette université doit être un espace de libre débat, un espace de travail académique sérieux pour tous ceux qui se sentent proches du monde des valeurs classique.

Aujourd’hui, malheureusement, ces gens sont de plus en plus évincés des universités d’Europe occidentale ou des États-Unis, et le phénomène de la censure idéologique, la cancel culture, s’accentue.

Le Collegium Intermarium revient à l’idée classique et originelle de l’université, enracinée dans le Moyen Âge, qui se fonde sur les transcendantaux, sur la beauté, le bien, la vérité, sur ce qui est constant. Notre projet présuppose la possibilité d’un débat libre et ouvert sur la manière de poursuivre ces transcendantaux, c’est-à-dire sur la manière de rechercher la vérité.

En même temps, nous construisons une université qui répond à la crise de la qualité de l’enseignement supérieur dans notre région du monde. Nous voulons revenir à la relation directe entre le maître et l’élève. Nous voulons que cette université soit basée sur un système de tutorat, c’est-à-dire une coopération directe entre le professeur et l’étudiant. Cette approche est absolument centrale pour nous. Notre université présentera un niveau d’enseignement élevé, et elle enseignera la rhétorique et l’éristique d’une manière classique.

Aujourd’hui déjà, le Collegium Intermarium est l’une des universités les plus internationalisées d’Europe centrale. Nous avons invité à nous rejoindre non seulement des personnes de notre région, mais aussi d’Europe occidentale et d’autres continents. Nous voulons que notre université soit un lieu de conférences internationales sur les problèmes clés de la civilisation. Nous prévoyons également des cours d’été avec d’éminents penseurs du monde entier.

Olivier Bault : S’agira-t-il d’une université classique avec des cours et des conférences en présentiel ?

Tymoteusz Zych : Les cours de premier et de deuxième cycle seront donnés principalement en présentiel. Cette forme d’enseignement est la meilleure, comme chacun peut le constater avec la période du Covid, et nous voyons comment elle fait défaut. Les réunions en face à face nous manquent.

Pour des raisons pratiques évidentes, les cours de troisième cycle, y compris les cours internationaux, seront dispensés dans un format partiellement à distance. La partie en présentiel se déroulera à Varsovie, car c’est une ville qui dispose de bonnes connexions internationales. En ce qui concerne les liaisons aériennes, je pense que c’est un endroit idéal pour ce type d’études. Les cours sur place présentent également un avantage essentiel. Ils vous permettent de créer un réseau de contacts, de connaissances qui dépasse les frontières de votre pays. Une telle création de réseau n’est pas possible avec des cours à distance. Et un objectif majeur de notre université ne serait alors pas satisfait.

C’est pourquoi nous nous efforçons de faire en sorte, même dans le cadre des cursus internationaux – nous en avons trois en plus des cursus nationaux et de troisième cycle – , que les cours se déroulent au moins en partie en présentiel, afin que les gens puissent apprendre à se connaître. Quant à nos trois cursus destinés aux étudiants internationaux, nous avons d’abord le cursus LLM (master de droit) sur les droits de l’homme.

Il s’agit probablement du premier cursus de ce type en Europe centrale qui se réfère au concept classique des droits de l’homme, et non à l’étrange ingénierie sociale mise en œuvre aujourd’hui,

que l’on enveloppe dans un faux langage des droits de l’homme. Notre langage en matière de droits de l’homme doit être un langage qui remonte aux sources, à ce qui figure dans les accords contraignants, à ce qui figure dans la Déclaration universelle des droits de l’homme, et qui ne se concentre pas nécessairement sur ce qui est accessoire et ce qui relève de l’idéologie. Je parle ici de ces prétendus droits de l’homme qui sont créés aujourd’hui par certains organismes internationaux.

Notre cursus LLM s’adresse également aux fonctionnaires, aux personnes qui travaillent dans le domaine de la diplomatie et aux praticiens du droit, car notre objectif de base, fondamental, est de préparer des personnes conscientes et dotées de compétences pratiques. Ces études de troisième cycle peuvent généralement être entamées par toute personne ayant déjà suivi d’autres études, même de premier cycle, en particulier les juristes mais aussi des personnes ayant d’autres formations.

Dans le cadre de ce cursus, les penseurs contemporains les plus éminents en matière de droits de l’homme, comme Grégor Puppinck, la princesse Ingrid Detter de Frankopan, András Lanczi, Andreas Kinneging, donneront des cours. Ce sont des personnes exceptionnelles qui ont un important acquis scientifique au niveau mondial. Nous avons vraiment de quoi nous vanter en la matière. Kinneging est l’un des penseurs conservateurs néerlandais les plus éminents, Chantal Delsol, qui collabore à notre cursus, est probablement le penseur français le plus éminent du côté conservateur. La princesse Frankopan, dans le contexte du droit des nations et du droit international, est également une figure absolument exceptionnelle.

Mais ce n’est pas notre seul cursus. Celui-ci débute en octobre, mais le recrutement pour deux autres cursus internationaux commencera bientôt.

Il s’agira d’un cursus de gestion d’organisation non gouvernementale pour tous ceux qui veulent apprendre cela et envisagent de diriger eux-mêmes des organisations internationales, et pas seulement dépendre de grosses subventions étrangères comme celles financées par George Soros ou d’autres grands financiers.

Il s’agit de créer une certaine culture de la collecte de fonds et une culture de la gestion de ces organisations. Ce cursus se déroulera en anglais.

Il y aura également un cursus d’éducation classique pour les enseignants, les politiciens, etc. On y enseignera la rhétorique et les compétences oratoires classiques. Il s’agira aussi d’un cursus en langue anglaise pour les leaders de la société civile. Nous prévoyons encore de mettre ultérieurement en place un cursus unique à l’échelle européenne à destination des personnes impliquées dans l’enseignement à domicile des enfants.

Avec en plus les programmes de cours d’été qui commencent l’année prochaine. Le recrutement sera annoncé cet automne pour une école d’été, la première du genre, avec des penseurs éminents. Nous prévoyons qu’il s’agira d’un cursus subventionné pour les étudiants du monde entier, y compris les étudiants européens, afin de former un réseau et faire d’eux des ambassadeurs de l’Intermarium dans d’autres parties du monde.

En outre, le Collegium Intermarium sera un lieu où seront menés des programmes de recherche qui concerneront, par exemple, l’intégration européenne, y compris la rationalité économique et la légalité des processus d’intégration en cours.

Ce sont des questions que personne n’explore sérieusement à l’heure actuelle, et elles sont très problématiques dans leur essence. Il y aura également des recherches sur la famille et la démographie. Tout cela avec la participation d’éminents scientifiques de différents pays.

Olivier Bault : Pourquoi ces attaques d’une certaine gauche, à votre avis ? J’ai moi-même lu de longs articles dans le journal polonais Gazeta Wyborcza qui tentaient de discréditer ce Collegium Intermarium en cours de création. Il lui est reproché, entre autres, d’avoir été fondé par l’institut Ordo Iuris, « ultra-conservateur » aux yeux de cette gauche-là puisqu’il rassemble des avocats et juristes avec des opinions pro-famille et pro-vie. Comment expliquez-vous cette agressivité alors que l’université n’a pas encore commencé ses cours ?

Tymoteusz Zych : Ces attaques sont dues au fait que notre université crée une fissure dans le système, dans un sens positif. Nous voulons apporter une solution au problème de la censure dans le débat public. Notre université sera un forum libre pour un véritable débat et un échange d’idées entre de grands universitaires de toute l’Europe. Cela peut être perçu comme une menace par ceux qui voudraient censurer ce débat.

Si la censure craquelle à un endroit, si des recherches plus sérieuses peuvent être réalisées, alors des fissures apparaîtront tout naturellement à d’autres endroits également.

Il ne sera alors plus possible de défendre efficacement le système actuel. Il me semble qu’on peut difficilement surestimer l’importance de l’université, non seulement en tant qu’établissement particulier, mais aussi en tant que lieu d’inspiration et d’influence. La critique à notre encontre est hystérique et ne porte pas sur le fond. En fait, aucune accusation ou objection raisonnable, mesurée, n’a été formulée à l’encontre de notre université ou de l’un de ses professeurs. En tout cas, je n’ai pas rencontré d’objection ou d’accusation de ce type à ce jour.

Lire l´article en intégralité sur le Visegrád Post.

Csak egy kattintásra van attól, hogy ne maradjon le a Magyar Nemzet mérvadó híreiről!

IDE kattintva feliratkozhat hírlevelünkre, mi pedig napi két e-mailben elküldjük Önnek legfontosabb cikkeinket. (Ez a szolgáltatás ingyenes!)

PEDOFÍLIA

Pedofil bűncselekmény gyanújával vettek őrizetbe egy jobbikos politikust
A Beol információi szerint a gyulai Jobbik volt politikusa az a férfi, akit a rendőrség szerda hajnalban pornográf felvételek miatt letartóztatott.

ÁLSZENT BALOLDAL

Hollik István: A hazugságnak és a korrupciónak sincs következménye a baloldalon + videó
A Fidesz kommunikációs igazgatója megdöbbentő kétszínűségnek nevezte a Cseh Katalin körül kirobbant botrányos ügyet.
Újabb tömeges vérontástól tartanak az észak-iraki jazidik
Hét évvel ezelőtt mészárolta le az Iszlám Állam az egyik iraki kisebbség több ezer tagját.

Poszt-trauma

Egyperegyes idióták találkozása
Nehéz volt az elmúlt hétvégéje szegény Jámbor Andrásnak. Utcai politikai munkát végzett a nyolcadik kerületben – szórólapozott.

Poszt-trauma

Top sportolókat kihasználva támad a BLM
A Black Lives Matter nevű szélsőséges szervezet agymosással felérő módon fanatizálja a bűvkörébe vont hírességeket.

Poszt-trauma

Ördög Nórát arcátlanul használta fel a liberális média
Figyelem! Ez a módszerük!

Aktuális

Kiskunhalasról Tompára hajtottak a veterán járművek
Szombaton indult el Sóstóról a konvoj a várost átszelve az 53-as főúton Tompára, ahol a bedugult hétvégi határforgalom miatt rendőri felvezetéssel jutottak el a Szent Anna templomhoz.

Fricz Tamás blogja

Az Európai Bizottság és az Európai Parlament már politikai ellenfélként lép fel velünk (és a lengyelekkel) szemben
Szerintük Magyarország immáron nem felel meg az állítólagos európai uniós alapértékeknek, tehát nem maradt más hátra, mint hogy kiszorítsák a „klubból” hazánkat.
Vissza az oldal tetejére
Tisztelt olvasóink!
A Magyar Nemzet teljes archívumának feltöltése folyamatban van. Hamarosan az összes korábbi cikk elérhető lesz, addig szíves türelmüket kérjük.
a Magyar Nemzet szerkesztősége

Ne maradjon le, legyen mindig naprakész, iratkozzon fel a Magyar Nemzet hírlevelére!